AGRÉMENT

Devenir un professionnel agréé.

PROCESSUS D’AGRÉMENT

Le processus d’agrément comporte trois étapes.

 

i

1er étape : candidat à l’admission

Vous devez tout d’abord faire une demande d’admission. À cette étape, vous êtes considéré comme un candidat à l’admission, le temps qu’on étudie votre dossier et, si vous êtes traducteur, qu’on vous fasse passer l’examen d’entrée.

 

l

2ième étape : candidat à l’agrément

Une fois que vous avez satisfait aux critères d’admission, vous êtes membre de l’ATIO en qualité de candidat à l’agrément. Vous avez alors cinq années pour passer l’examen d’agrément ou entamer le processus d’agrément sur étude de dossier. Vous avez également la possibilité de participer aux activités, aux ateliers et aux séances de formation que propose l’ATIO.

 

Z

3ième étape : membre agréé

Une fois que vous avez réussi l’examen d’agrément ou que votre dossier a fait l’objet d’une évaluation favorable, vous êtes considéré comme un membre agréé.

PROCESSUS D’AGRÉMENT ET FRAIS CONNEXES

Si vous êtes déjà candidat à l’agrément et membre en règle de l’ATIO, vous disposez de cinq années pour obtenir l’agrément par voie d’examen ou sur étude de dossier. Dans le cas contraire, voyez comment procéder pour devenir membre de l’ATIO. L’examen d’agrément national est administré par le Conseil des traducteurs, terminologues et interprètes du Canada.

EXAMEN D’AGRÉMENT

Pour passer l’examen d’agrément annuel du Conseil des traducteurs, terminologues et interprètes du Canada (CTTIC), vous devez d’abord être membre en règle de l’ATIO et candidat à l’agrément dans la profession et la combinaison de langues appropriées. Si ce n’est pas votre cas, voyez comment procéder pour devenir membre de l’ATIO. 

 

Examen d’agrément en traduction du CTTIC

L’examen s’adresse aux traducteurs expérimentés qui souhaitent que leurs compétences soient reconnues par leurs pairs. Il ne vise donc pas à déceler de simples dispositions naturelles, mais bien à constater les aptitudes professionnelles des candidats. Ceux-ci sont jugés capables d’exercer la profession de manière autonome si leurs textes constituent des traductions fidèles et idiomatiques ne nécessitant que peu ou pas de révision. L’examen consiste à traduire deux textes comptant chacun environ 200 mots : un texte imposé de nature générale et un autre à choisir parmi deux textes plus spécialisés. Les candidats sont autorisés à consulter des ouvrages de référence, mais ils ne peuvent toutefois pas en faire l’échange avec les autres candidats. Tout appareil informatique est interdit, sauf pour des raisons de santé attestées par un médecin.

Examen d’agrément en interprétation judiciaire du CTTIC

L’examen d’agrément en interprétation judiciaire comporte une partie écrite et une partie orale. La partie écrite comporte trois volets : traduction en anglais ou en français d’un texte dans l’autre langue de l’examen et traduction de vocabulaire juridique de l’autre langue en anglais ou en français; test de connaissances juridiques; et déontologie. Ensuite, les candidats ayant réussi les trois volets de la partie écrite sont invités à passer à la partie orale de l’examen. Tout appareil informatique et tout ouvrage de référence sont interdits, sauf pour des raisons de santé attestées par un médecin.

Examen d’agrément en interprétation communautaire du CTTIC

L’examen d’agrément en interprétation communautaire comporte une partie écrite et une partie orale. La partie écrite comporte trois volets : traduction en anglais ou en français d’un texte dans l’autre langue de l’examen; exercice professionnel; et déontologie. Ensuite, les candidats ayant réussi les trois volets de la partie écrite sont invités à passer à la partie orale de l’examen. Tout appareil informatique et tout ouvrage de référence sont interdits, sauf pour des raisons de santé attestées par un médecin.

Examen d’agrément en interprétation médicale du CTTIC

L’examen d’agrément en interprétation médicale comporte une partie écrite et une partie orale. La partie écrite comporte trois volets : traduction en anglais ou en français d’un texte dans l’autre langue de l’examen et traduction de vocabulaire médical de l’autre langue en anglais ou en français; exercice professionnel; et déontologie. Ensuite, les candidats ayant réussi les trois volets de la partie écrite sont invités à passer à la partie orale de l’examen. Tout appareil informatique et tout ouvrage de référence sont interdits, sauf pour des raisons de santé attestées par un médecin.

Examen d’agrément en interprétation de conférence du CTTIC

Il n’y a pas d’examen d’agrément de prévu en ce moment. Veuillez présenter une demande d’agrément sur dossier.

FAQ sur les examens d’agrément

Suis-je prêt à passer l’examen?

Seuls les candidats à l’agrément peuvent s’inscrire à l’examen d’agrément. Si vous continuez de lire et d’écrire dans votre combinaison de langues et si vous vous exercez en vue de l’examen d’agrément, cela devrait suffire à vous préparer. Il est aussi recommandé de se familiariser avec le guide du correcteur et le guide du candidat publiés par le Conseil des traducteurs, terminologues et interprètes du Canada (CTTIC) et les ressources disponibles via votre compte ATIO et de participer aux ateliers de perfectionnement professionnel, aux activités et aux séances d’information organisés par l’ATIO.

.

Est-il possible de s’entraîner en vue de l’examen d’agrément?

L’ATIO propose un examen d’entraînement aux candidats à l’agrément en traduction afin de les aider à se préparer à l’examen d’agrément. L’examen d’entraînement se déroule en même temps que l’examen d’entrée. Les dates d’examen et le formulaire d’inscription sont publiés à la page Nouvelles et activités du site Web de l’ATIO.

Combien de fois puis-je passer l’examen d’agrément?

Les candidats à l’agrément en traduction disposent de cinq années pour obtenir l’agrément, que ce soit par voie d’examen ou sur étude de dossier. Vous pouvez donc passer l’examen autant de fois qu’il est offert au cours de cette période.

Pourquoi l’examen d’agrément se tient-il juste une fois par année?

L’examen d’agrément est administré par le Conseil des traducteurs, terminologues et interprètes du Canada. Les ressources de cet organisme et le demande du marché lui permettent de tenir l’examen seulement une fois par année.

Pourquoi l’examen d’agrément s’écrit-il toujours à la main?

L’examen d’agrément se fait à la main afin d’assurer un traitement équitable à l’ensemble des candidats et de veiller à ce qu’aucun d’eux n’ait un avantage matériel sur les autres. Si des conditions spéciales sont nécessaires pour que vous puissiez passer un examen veuillez le communiquer avec l’Association et nous prendrons les mesures nécessaires pour répondre à vos besoins.

AGRÉMENT SUR ÉTUDE DE DOSSIER

Pour soumettre un dossier de candidature à l’agrément, vous devez d’abord être membre en règle et candidat à l’agrément dans la profession et la catégorie appropriées. Si ce n’est pas votre cas, voyez comment procéder pour devenir membre de l’ATIO.
Le processus d’agrément sur étude de dossier s’adresse aux professionnels pouvant justifier d’au moins cinq années d’expérience à plein temps (ou deux années s’ils ont un baccalauréat spécialisé dans leur discipline ou une formation équivalente). Au lieu de passer un examen, les candidats soumettent un dossier professionnel constitué d’un éventail substantiel de travaux qu’ils ont réalisés dans l’exercice normal de leur profession de traducteur, d’interprète de conférence, d’interprète judiciaire, d’interprète communautaire, d’interprète médical ou de terminologue.

 

Exigences applicables à tous les candidats

VEUILLEZ NOTER QUE LE PROCESSUS « SUR DOSSIER » EST TEMPORAIREMENT SUSPENDU JUSQU’À NOUVEL ORDRE.

  1. Les candidats doivent être parrainés par trois membres agréés de l’Association, ou dans des circonstances particulières, par des membres agréés d’une autre association provinciale membre du CTTIC, appartenant à la même catégorie professionnelle et dans la même combinaison de langues que le candidat. Les renseignements fournis par les parrains incluent depuis combien de temps ils connaissent le candidat et leur connaissance de ses activités professionnelles. Des exceptions peuvent être envisagées dans des circonstances particulières et seront évaluées au cas par cas.
  2. Les candidats qui présentent une demande doivent fournir tous les renseignements et documents exigés conformément au formulaire de demande approprié. Il s’agit, notamment, d’échantillons de travaux substantiels et variés qu’ils ont exécutés et qui sont certifiés comme tels par des attestations de clients, d’employeurs, de superviseurs ou par tout autre moyen qui permettra au Comité d’avoir l’assurance que les candidats sont bel et bien les auteurs des travaux présentés pour évaluation. Tous les documents soumis par les candidats seront les originaux ou des copies certifiées conformes. Ces documents leur seront retournés une fois l’évaluation de leur dossier terminée. Le dossier peut aussi comporter des documents tels que des témoignages, des lettres de répondants et des attestations de clients ou d’employeurs susceptibles d’aider le Comité dans son travail. Le dossier doit contenir un curriculum vitæ complet faisant état des études, de l’expérience, des postes occupés, des publications, des distinctions, etc. Le candidat doit, en outre, fournir le nom de trois répondants (différents des parrains) auxquels le Comité pourra éventuellement s’adresser pour obtenir des renseignements supplémentaires concernant tout aspect de la carrière du candidat.
  3. Les candidats qui ont déjà réussi à un examen de compétence professionnelle peuvent en soumettre la preuve en indiquant la nature de l’examen, son rôle dans le processus global d’évaluation, le niveau auquel il donne droit, etc. Le Comité pourra décider que la réussite à un tel examen dispense le candidat de l’application de certains critères énumérés dans la présente annexe ou de leur intégralité.

Exigences supplémentaires limitées aux candidats à l’agrément en traduction

Pour être admissibles à la procédure d’agrément sur dossier en traduction, les candidats doivent satisfaire aux conditions suivantes :

être titulaires d’un diplôme universitaire reconnu par l’Association dans le domaine de la traduction et posséder l’équivalent de deux ans d’expérience en traduction à plein temps dans chaque combinaison de langues pour laquelle ils présentent une demande;
OU
posséder l’équivalent de cinq ans d’expérience en traduction à plein temps dans chaque combinaison de langues pour laquelle ils présentent une demande.

Pour prouver cette expérience à plein temps, les candidats doivent présenter des lettres de recommandation récentes fournies par des employeurs ou des clients s’ils travaillent en tant que traducteurs indépendants ou à la pige. Les lettres doivent être des originaux signés et démontrer clairement que les candidats exercent leur profession depuis le nombre d’années requis de manière autonome, sans nécessité de supervision.

Exigences supplémentaires limitées aux candidats à l’agrément en interprétation de conférence

Pour être admissibles à la procédure d’agrément sur dossier en interprétation de conférence, les candidats doivent satisfaire aux conditions suivantes :

hêtre titulaires d’un diplôme universitaire reconnu par l’Association dans le domaine de l’interprétation de conférence ou avoir réussi un cours universitaire ou postuniversitaire en interprétation de conférence reconnu par l’Association et être en mesure de justifier de 250 jours d’expérience sur une période de deux ans en tant qu’interprète de conférence, d’au moins 200 jours dans chaque langue active [A, B] demandée et d’au moins 60 jours dans chaque langue passive [C] demandée;
OU
être en mesure de justifier de 450 jours d’expérience sur une période de cinq ans en tant qu’interprète de conférence, d’au moins 350 jours dans chaque langue active [A, B] demandée et d’au moins 125 jours dans chaque langue passive [C] demandée.

Pour prouver cette expérience à plein temps, les candidats doivent présenter des lettres de référence recommandation fournies par des employeurs ou des clients s’ils travaillent en tant qu’interprètes de conférence indépendants ou à la pige. Les lettres doivent être des originaux signés et démontrer clairement que les candidats exercent leur profession depuis le nombre d’années requis de manière autonome, sans nécessité de supervision.

Exigences supplémentaires limitées aux candidats à l’agrément en interprétation judiciaire

Pour être admissibles à la procédure d’agrément sur dossier en interprétation judiciaire, les candidats doivent satisfaire aux conditions suivantes :

être titulaires d’un diplôme universitaire reconnu par l’Association dans le domaine de l’interprétation judiciaire ou avoir réussi un cours en interprétation judiciaire reconnu par l’Association et être en mesure de justifier de 1000 heures d’expérience sur une période de cinq ans en tant qu’interprète judiciaire au Canada;
OU
être interprètes judiciaires accrédités auprès du ministère du Procureur général de l’Ontario et justifier, pièces à l’appui, de 1500 heures d’expérience sur une période de cinq ans en tant qu’interprète judiciaire au Canada;
OU
être en mesure de justifier de 3000 heures d’expérience sur une période de cinq ans en tant qu’interprète judiciaire au Canada.

Pour prouver cette expérience à plein temps, les candidats doivent présenter des lettres de recommandation récentes fournies par des employeurs ou des clients s’ils travaillent en tant qu’interprètes judiciaires indépendants ou à la pige. Les lettres doivent être des originaux signés et démontrer clairement que les candidats exercent leur profession depuis le nombre d’années requis de manière autonome, sans nécessité de supervision

Exigences supplémentaires limitées aux candidats à l’agrément en interprétation communautaire

Pour être admissibles à la procédure d’agrément sur dossier en interprétation communautaire, les candidats doivent satisfaire aux conditions suivantes :

être titulaires d’un diplôme universitaire reconnu par l’Association dans le domaine de l’interprétation communautaire ou avoir réussi un cours en interprétation communautaire reconnu par l’Association et être en mesure de justifier de 1000 heures d’expérience sur une période de cinq ans en tant qu’interprète communautaire;
OU
être interprètes communautaires accrédités par une organisation professionnelle non affiliée au CTTIC mais reconnue par le Conseil, et justifier, pièces à l’appui, de 1500 heures d’expérience sur une période de cinq ans en tant qu’interprète communautaire;
OU
être en mesure de justifier de 3000 heures d’expérience sur une période de cinq ans en tant qu’interprète communautaire.

Pour prouver cette expérience à plein temps, les candidats doivent présenter des lettres de recommandation récentes fournies par des employeurs ou des clients s’ils travaillent en tant qu’interprètes communautaires à la pige. Les lettres doivent être des originaux signés et démontrer clairement que les candidats exercent leur profession depuis le nombre d’années requis de manière autonome, sans nécessité de supervision.

Exigences supplémentaires limitées aux candidats à l’agrément en interprétation médicale

Pour être admissibles à la procédure d’agrément sur dossier en interprétation médicale, les candidats doivent satisfaire aux conditions suivantes :

être titulaires d’un diplôme universitaire reconnu par l’Association dans le domaine de l’interprétation médicale ou avoir réussi un cours en interprétation médicale reconnu par l’Association et être en mesure de justifier de 1000 heures d’expérience sur une période de cinq ans en tant qu’interprète médical;
OU
être interprètes médicaux accrédités par une organisation professionnelle non affiliée au CTTIC mais reconnue par le Conseil, et justifier, pièces à l’appui, de 1500 heures d’expérience sur une période de cinq ans en tant qu’interprète médical;
OU
être en mesure de justifier de 3000 heures d’expérience sur une période de cinq ans en tant qu’interprète médical.

Pour prouver cette expérience à plein temps, les candidats doivent présenter des lettres de recommandation récentes fournies par des employeurs ou des clients s’ils travaillent en tant qu’interprètes médicaux à la pige. Les lettres doivent être des originaux signés et démontrer clairement que les candidats exercent leur profession depuis le nombre d’années requis de manière autonome, sans nécessité de supervision.

Exigences supplémentaires limitées aux candidats à l’agrément en terminologie

Pour être admissibles à la procédure d’agrément sur dossier en terminologie, les candidats doivent satisfaire aux conditions suivantes :

être titulaire d’un diplôme universitaire reconnu par l’Association dans le domaine de la terminologie, ou de la traduction avec une spécialisation en terminologie, et être en mesure de justifier de l’équivalent de deux ans d’expérience à plein temps dans chaque combinaison de langues pour laquelle ils présentent une demande;
OU
posséder l’équivalent de cinq ans d’expérience en terminologie à plein temps dans chaque combinaison de langues pour laquelle ils présentent une demande.

Pour prouver cette expérience à plein temps, les candidats doivent présenter des lettres de recommandation récentes fournies par des employeurs ou des clients s’ils travaillent en tant que terminologues indépendants ou à la pige. Les lettres doivent être des originaux signés et démontrer clairement que les candidats exercent leur profession depuis le nombre d’années requis de manière autonome, sans nécessité de supervision.

FAQ sur l’agrément sur étude de dossier

Est-il plus facile d’obtenir l’agrément sur étude de dossier que par voie d’examen?

Les critères d’obtention de l’agrément sur étude de dossier sont tout aussi rigoureux que ceux de l’agrément par voie d’examen, bien qu’ils en soient différents – même qu’ils sont parfois perçus comment étant plus difficiles à remplir ou plus exigeants. En effet, l’agrément sur étude de dossier suppose une vaste expérience professionnelle et exige des pièces justifiant de l’obtention d’un diplôme, de l’expérience et des réalisations, des attestations de clients et de chefs de service, etc. La seule préparation d’un dossier complet représente une tâche colossale qui peut prendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois à accomplir.

Comment garantit-on le maintien de normes professionnelles élevées dans le processus d’agrément sur étude de dossier?

Tout d’abord, chaque candidat à l’agrément sur étude de dossier est parrainé par trois membres de l’ATIO (ou d’une autre association membre du CTTIC ou d’un autre organisme jugé équivalent) qui sont agréés dans la même combinaison de langues que lui. Ces parrains font état, entre autres, de leur connaissance des activités professionnelles du candidat (évaluation quantitative et qualitative). En adoptant ce critère, l’ATIO voulait une assurance raisonnable que les parrains ne seraient pas simplement de « bons amis », mais des professionnels agréés qui attesteraient formellement certaines qualités du candidat et certains faits le concernant. Ensuite, le dossier du candidat est confié au Comité de l’agrément sur dossier, qui en évalue les éléments selon les critères établis, à savoir l’ampleur et la nature de l’expérience, les diplômes, la pertinence des attestations des clients, des employeurs et des supérieurs, l’évaluation des travaux soumis, l’avis des trois parrains et des trois répondants, le cas échéant, et enfin le jugement global accompagné d’explications. Tous les éléments sont passés en revue par les membres du Comité et, au besoin, par des examinateurs externes.

Mais un candidat ne pourrait-il pas présenter des travaux qui ne sont pas les siens?

Il revient au candidat de faire la preuve qu’il est bel et bien l’auteur des travaux qu’il a soumis. Si le Comité de l’agrément sur dossier juge que les preuves sont insuffisantes, il reporte l’étude du dossier jusqu’à ce que le candidat présente des preuves adéquates. Mais quel type de preuves? Supposons un traducteur ou un terminologue qui travaille au gouvernement : il est possible que son nom apparaisse sur la traduction ou l’ouvrage terminologique publié, un document qui l’accompagne ou un accusé de réception du client; un supérieur ou un chef de service pourrait attester par écrit l’authenticité du document et la prétention de l’auteur, etc. Supposons un interprète de conférence indépendant : il pourrait fournir le nom des parrains ou des collègues qui ont travaillé en cabine avec lui ou encore l’attestation des clients indiquant qu’il a effectivement fait de l’interprétation au cours d’une conférence donnée.

 

Puis-je faire compter la réussite d’un examen de compétence professionnelle administré par mon employeur?

Bien sûr! La disposition E) de l’annexe 4 du Règlement intérieur de l’ATIO prévoit justement que la réussite d’un examen de ce type puisse, après évaluation du Comité de l’agrément sur dossier, dispenser le candidat de certains critères ou d’autres formalités, selon la nature de l’examen et sa prépondérance dans le processus global d’évaluation des compétences.

Combien de temps faut-il attendre avant d’obtenir une réponse du Comité?

L’étude des dossiers de candidature à l’agrément est confiée au Comité de l’agrément sur dossier. Celui-ci est constitué de pairs bénévoles d’un peu partout en Ontario qui acceptent de consacrer du temps et de l’énergie à leur association professionnelle. L’étude d’un dossier prend habituellement d’un à trois mois dans le cas des langues officielles et jusqu’à cinq mois dans le cas des langues étrangères. Veillez donc à présenter l’ensemble des pièces nécessaires à l’étude de votre dossier afin de ne pas retarder le processus.

Cancel